sujet PCSI Gambetta

Posté par gambaggio le 6 mai 2013

: « La seule chose qui élève l’homme au-dessus de l’animal est la parole ; et c’est elle aussi qui le met souvent au-dessous. » E.-M. Cioran (Cahiers). »Commentez et discutez cette affirmation à la lumière des œuvres du programme.

Publié dans archives 2012-2013 | Pas de Commentaire »

Citations Verlaine

Posté par gambaggio le 16 avril 2013

 citations Verlaine

NB : comme je l’ai dit en cours, il est extrêmement difficile d’isoler des citations dans les RSP. Je ne donne ici que quelques citations, rapidement commentées : les commentaires ne font que reprendre, de manière concise, des éléments vus en cours, et n’ont de sens qu’en référence au cours. Les apprendre par cœur sans avoir revu le cours ne servirait donc pas à grand-chose.

 

 

 

Ariettes oubliées

 

I

 

« Ô le frêle et frais murmure!

 Cela gazouille et susurre,

 Cela ressemble au cri doux

 Que l’herbe agitée expire…

 

commentaire : la sensation s’exprimant par le détour du paysage/importance des sensations/le jeu des sonorités pour exprimer « l’extase langoureuse

 

 

 

« Cette âme qui se lamente

 En cette plainte dormante

 C’est la nôtre, n’est-ce pas?

 La mienne, dis, et la tienne,

 Dont s’exhale l’humble antienne

 Par ce tiède soir, tout bas? »

 

Commentaire : la recherche du dialogue, de l’écoute d’autrui, qui semble impossible ; solitude du sujet

 

 

 

II

 

«Je devine, à travers un murmure,

 Le contour subtil des voix anciennes»

 

Commentaire : inspiration poétique/ (cf.cours) sujet qui peine à accéder à une parole claire et limpide (vs Socrate)

 

 

 

III

 O bruit doux de la pluie

 Par terre et sur les toits!

 Pour un coeur qui s’ennuie

 O le chant de la pluie

 

Commentaire : Parole et chant : le chant comme horizon idéal de la parole. Ici encore cette horizon idéal, puisque c’est la pluie qui assure ce chant/ Cependant l’écriture poétique fait de ce bruit un chant. Le sentiment s’exprime ici encore par le détour du paysage

 VII

 

«Mon âme dit à mon coeur: Sais-je

 Moi-même que nous veut ce piège

 D’être présents bien qu’exilés,

 Encore que loin en allés?»

 Commentaire : division du sujet qui peine à se définir (je est un autre) cf ; cours sur les Ariettes

 

 

 

Paysages belges

 

Walcourt

 Briques et tuiles

 O les charmants

 Petits asiles

 Pour les amants

 

 

 

Commentaire : parole fragmentée qui est symptomatique de la division du sujet et de la difficulté (ou du refus) d’une parole construite : le poème tente de dire le paysage par une série d’impressions apparemment disparates/ parole cryptée (homosexualité)

 

  

Charleroi

 Parfums sinistres!

 Qu’est-ce que c’est?

 Quoi bruissait

 Comme des sistres

 Commentaire : là aussi parole fragmentée : ; les questions (après les phrases nominales de Walcourt) disent cette difficulté du sujet à dire la paysage, à identifier ce qui est vu. La parole refuse la description, au profit des sensations auditives plus suggestives./ jeu des sonorités : parole musicale.

 

 Birds in the night

 Vous juriez alors que c’était mensonge

 Et votre regard qui mentait lui-même

 Flambait comme un feu mourant qu’on prolonge,

 Et de votre voix vous disiez: « Je t’aime! »

 Commentaire : parole convenue de l’amour/ trahison de la parole amoureuse (cf ; cours et TD

 Child wife

 Et vous gesticulez avec vos petits bras

 Comme un héros méchant,

 En poussant d’aigres cris poitrinaires, hélas!

 Vous qui n’étiez que chant!

 

Commentaire : caricature de Mathilde, qui enfermée dans une parole de reproche perd littéralement la parole (du chant au cri) cf ; cours

 

 

 

 

 

Publié dans archives 2012-2013 | Pas de Commentaire »

SUPPORTS DE COURS VERLAINE

Posté par gambaggio le 17 mars 2013

 support Verlaine cours d’intro

 support etude ariettes

support cours 3

support cours 4

 

Publié dans archives 2012-2013 | Pas de Commentaire »

citations Marivaux

Posté par gambaggio le 14 février 2013

 citations extraites des fausses confidences

LA PAROLE MANIPULATRICE :

I, 2

DUBOIS __ Oh ! vous m’impatientez avec vos terreurs : Oh que diantre ! un peu de confiance ; vous réussirez, vous dis-je. Je m’en charge, je le veux, je l’ai mis là ; nous sommes convenus de toutes nos actions ; toutes nos mesures sont prises ; je connais l’humeur de ma maîtresse, je sais votre mérite, je sais mes talents, je vous conduis, et on vous aimera, toute raisonnable qu’on est ; on vous épousera, toute fière qu’on est, et on vous enrichira, tout ruiné que vous êtes, entendez-vous ? Fierté, raison et richesse, il faudra que tout se rende. Quand l’amour parle, il est le maître, et il parlera :

 

I,14

DUBOIS __ Ah ! vous m’excuserez ; pour ce qui est de l’objet, il n’y a rien à dire. Malepeste ! sa folie est de bon goût.
ARAMINTE __ N’importe, je veux le congédier. Est-ce que tu la connais, cette personne ?
DUBOIS __ J’ai l’honneur de la voir tous les jours ; c’est vous, Madame.
ARAMINTE __ Moi, dis-tu ?
DUBOIS __ Il vous adore ; il y a six mois qu’il n’en vit point, qu’il donnerait sa vie pour avoir le plaisir de vous contempler un instant. Vous avez dû voir qu’il a l’air enchanté quand il vous parle.

 

LA PAROLE QUI TRAHIT LE SUBCONSCIENT

 

I, 6

ARAMINTE __ Je n’ai pas de peine à le croire : il a tout l’air de le mériter. Mais, Marton, il a si bonne mine pour un intendant, que je me fais quelque scrupule de le prendre ; n’en dira-t-on rien ?

II, 12

ARAMINTE __ Attends : comment faire ? Si lorsqu’il me parle il me mettait en droit de me plaindre de lui ; mais il ne lui échappe rien ; je ne sais de son amour que ce que tu m’en dis ; et je ne suis pas assez fondée pour le renvoyer ; il est vrai qu’il me fâcherait s’il parlait ; mais il serait à propos qu’il me fâchât.

 

(ajouter les stratégies de fuite d’Araminte cf. cours)

LA DIVULGATION PAR LA PAROLE LA QUETE DU SILENCE

I, 15

ARAMINTEun moment seule __ La vérité est que voici une confidence dont je me serais bien passée moi-même.

II, 12

Araminte «Tu es bien imprudent, Dubois, bien indiscret; moi qui ai si bonne opinion de toi, tu n’as guère d’attention pour ce que je te dis. Je t’avais recommandé de te taire sur le chapitre de Dorante [...] et tu me l’avais promis: pourquoi donc avoir prise, sur ce misérable tableau, avec un sot qui fait un vacarme épouvantable, et qui vient ici tenir des discours tous propres à donner des idées que je serais au désespoir qu’on eût? »

III , 9

ARAMINTE __ Allez, malheureux ! il fallait m’obéir ; je vous avais dit de ne plus vous en mêler ; vous m’avez jetée dans tous les désagréments que je voulais éviter. C’est vous qui avez répandu tous les soupçons qu’on a eus sur son compte, et ce n’est pas par attachement pour moi que vous m’avez appris qu’il m’aimait ; ce n’est que par le plaisir de faire du mal. Il m’importait peu d’en être instruite, c’est un amour que je n’aurais jamais su, et je le trouve bien malheureux d’avoir eu affaire à vous, lui qui a été votre maître, qui vous affectionnait, qui vous a bien traité, qui vient, tout récemment encore, de vous prier à genoux de lui garder le secret. Vous l’assassinez, vous me trahissez moi-même. Il faut que vous soyez capable de tout, que je ne vous voie jamais, et point de réplique.

 

Obstacle sociaux à l’amour

II, 15 Dorante :« Son état est bien au-dessus du mien. Mon respect me condamne au silence; et je mourrai du moins sans avoir eu le malheur de lui déplaire »

Publié dans archives 2012-2013 | Pas de Commentaire »

MARIVAUX Les fausse confidences. Supports de cours

Posté par gambaggio le 18 décembre 2012

 

 support cours n°1

support cours n°2  

 support cours 3

 

 

 

 

 

Publié dans archives 2012-2013 | Pas de Commentaire »

Protégé : Problématiques de la parole: sujets et pistes de réflexion sur les oeuvres version 1

Posté par gambaggio le 18 décembre 2012

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans archives 2012-2013 | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Les fausses confidences. représentation intégrale en ligne

Posté par gambaggio le 13 novembre 2012

Pour ceux qui souhaitent voir la pièce de Marivaux au programme : http://www.youtube.com/watch?v=R25nNZo13NA

Publié dans archives 2012-2013, videos | Pas de Commentaire »

Exercices de résumé. La parole.

Posté par gambaggio le 23 octobre 2012

 

Exercice 1: J.J. ROUSSEAU. Essai sur l’origine des langues (1781) ICI

Publié dans archives 2012-2013, exercices de résumé | Pas de Commentaire »

PLATON Phèdre citations

Posté par gambaggio le 23 octobre 2012

 citations PLATON

 

PLATON Phèdre citations classées

 

Les limites de la parole humaine

p. 238, 246a

Dire ce qu’est l’âme, c’est l’affaire d’un exposé de part en part divin et très long. Mais dire à qu’ elle ressemble c’est l’affaire d’un exposé humain moins long. Parlons donc en empruntant cette voie.

Supéririorité de la parole inspirée sur la parole « technique »

« Celui qui parvient aux portes de la poésie sans cette folie des Muses, persuadé que grâce à son habileté technique il sera un bon poète, celui-là sera un poète manqué: la poésie de l’homme qui est dans son bon sens est supplantée par celle des hommes qui délirent» (245a).

Parole et vérité

«Il n’y aura jamais d’art authentique de la parole sans lien à la vérité» (260e).

Critique de la rhétorique

p. 235

Quant à celui qui, persuadé que l’art suffit à faire de lui un bon poète, ose, sans le délire que concèdent les Muses, approcher des portes de la poésie, celui-là ne fera qu’un poète imparfait, car la poésie d’un homme de sang-froid est toujours éclipsée par celle d’un inspiré.

p.275

l’art du débat contradictoire ne concerne donc pas seulement des tribunaux et le discours au peuple : à ce qu’il semble, il consisterait, s’il existe, en un seul art qui s’occupe de tout ce qui relève du discours, grâce auquel on a la possibilité de rendre toute chose semblable à toute chose,(…) et grâce auquel on a la capacité, lorsqu’un autre opère ces assimilations tout en les dissimulant de les mettre en lumière »

 

p.277 :

il sera donc risible, à ce qu’il semble, et dépourvu d’art, l’art du discours de celui qui ne connaît pas la vérité, mais n’a pourchassé que des opinions »

 

Nécessité de la cohérence du discours 

 

p.280

« Mais voilà une chose que tu dirais, je pense : à savoir que tout discours soit composé comme un être vivant, avec un corps, de façon à être dépourvu ni de tête, ni de pied, mais à avoir des parties médianes et des partie extrêmes, qui soit écrites de manière à être appropriées les unes aux autres et à l’ensemble »

Supériorité de la dialectique

 

p.284 (traduction Meunier)

SOCRATE Voilà, Phèdre, ce dont je suis amoureux, des divisions et des synthèses, grâce auxquelles je puis être capable et de parler et de penser.

 

p.292

Phèdre

Il est possible, Socrate, que l’art que ces hommes donnent pour la rhétorique dans leurs leçons et dans leurs traités, se borne en effet à ce que tu en dis. Tu me parais ainsi dire la vérité. Mais le véritable art de parler et de persuader, comment et où peut-on l’acquérir ?

Socrate

On l’obtient, Phèdre, de la même manière que l’on obtient d’être un lutteur accompli. Vraisemblablement, et peut-être même nécessairement, la perfection dans cet art est soumise aux mêmes conditions que dans les autres arts. Si la nature t’a doué du don de la parole, tu deviendras un orateur apprécié, à condition d’y joindre la science et l’exercice. Mais s’il te manque une de ces conditions, tu ne seras jamais qu’un orateur imparfait. Pour arriver à cet art, ce n’est point par la méthode de Thrasymaque et de Lysias qu’on me parait devoir y parvenir.

 

Critique de l’écriture. Supériorité du dialogue

 

p.308

Socrate : Le zèle en ce domaine est plus beau encore lorsque quelqu’un faisant usage de l’art dialectique, s’empare d’une âme appropriée et y plante et sème des discours que le savoir accompagne, des discours qui sont capables de se porter secours à eux-mêmes

Publié dans archives 2012-2013, citations | Pas de Commentaire »

PLATON Phèdre. Supports de cours

Posté par gambaggio le 16 octobre 2012

 support cours n°1

 support cours n°2

 support cours 3

support cours n° 4  

 

 support cours n° 5  

Publié dans archives 2012-2013, support de cours | Pas de Commentaire »

12
 

KH : Your World, Your Choice |
Les Champs d'Asphodèle |
le monde flottant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lavieenprose
| Cahier de Français
| Atelier d'écriture de la Ma...